Retour à la liste

Fauteuil de travail ergonomique, investir ou pas?

Fauteuil de travail ergonomique, investir ou pas?

Pourquoi faudrait-il privilégier un fauteuil de bureau à 600$ plutôt qu’un autre vendu dans un magasin à grande surface à moins de 200$? Pour beaucoup de particuliers, mais aussi beaucoup d’employeurs, la première réponse est que le montant investi prime, la quantité d’argent qui sort du portefeuille d’un seul coup. À la maison ou au travail, pour y être assis plusieurs heures par semaine, il est essentiel d’investir dans le confort. Un usager est souvent prêt à payer plusieurs centaines de dollars, voire des milliers, dans un bureau de travail pour qu’il soit design, attrayant, fonctionnel et ergonomique. Qu’en est-il du fauteuil de bureau, celui qui a pour mission de vous soutenir tout au long de la journée?

Le facteur Qualité

Le premier indice, vous vous en douterez probablement, est la qualité. Les meilleurs moyens pour obtenir un produit moins dispendieux sont de les fabriquer à la chaîne, mais aussi de couper dans la qualité des matériaux. Cette moindre qualité se retrouve dans toutes les composantes du fauteuil, que ce soit au niveau du mécanisme, de la mousse ou du tissu de recouvrement. Après quelques années, ou même mois d’utilisation, le fauteuil de bureau économique aura tendance à perdre de sa fermeté initiale, le tissu pourra présenter des signes d’usure prématurée, le cylindre qui contrôle la hauteur du siège descendra tout seul, etc. C’est un pensez-y bien. Voulez-vous devoir changer votre chaise de bureau à tous les 2 ans?

Fauteuil ergonomique Lead, fabriqué au Québec par le manufacturier Rouillard.

L’Ergonomie du fauteuil

Autre point fort important : les propriétés ergonomiques du fauteuil de bureau. Les manufacturiers collaborent avec des experts pour fabriquer des chaises selon des critères ergonomiques bien précis. Bien sûr, le mécanisme doit présenter les ajustements de base tels que l’angle du dossier, l’angle de l’assise, la hauteur et souvent la profondeur du siège pour bien s’adapter à l’utilisateur, mais ce n’est pas tout. La forme du dossier, son support lombaire, sa courbe naturelle et sa hauteur et même le type de mousse utilisé sont toutes des caractéristiques à considérer pour le choix d’un fauteuil de travail ergonomique. Il en va de même pour la forme du siège. Sur un fauteuil d’entrée de gamme, le confort du dossier sera médiocre, l’assise beaucoup trop large ou trop étroite, la mousse trop peu ferme qui n’offrira pas de soutien à long terme pour l’utilisateur, malgré une apparence globale acceptable et un prix plus qu’attrayant.

L’Économie locale

Vous êtes presque convaincu, mais avez besoin d’un petit argument supplémentaire? L’achat local, tout simplement. Les fauteuils économiques fabriqués à l’étranger par une main d’œuvre à coût moindre ne favorisent pas l’épanouissement des entreprises de la province ou du pays. Le Québec est riche en ressources et main d’œuvre et plusieurs manufacturiers de la province proposent d’excellents fauteuils de travail ergonomiques. Un avantage de taille lorsque viendra le temps d’honorer la garantie (qui est souvent supérieure à un produit acheté en grande surface) et d’effectuer des réparations.

Certes, l’achat d’un fauteuil de bureau ergonomique représente un investissement financier, mais il sera aussi un investissement à long terme sur votre santé. Votre corps vous remerciera. Dernier conseil : essayez le fauteuil avant de l’acheter. Il existe plusieurs modèles sur le marché. En faire l’essai vous permettra de trouver celui qui conviendra à votre physionomie.
EMBLM mets à votre disposition trois salles de montre où il est possible d’y venir pour faire l’essai de plusieurs fauteuils de travail ergonomiques. Nos conseillers sur place vous guideront dans vos recherches afin de trouver celui qui vous offrira un support incroyable et ce, pour les années à venir!

Fauteuil ergonomique Vortex, fabriqué au Québec par le manufacturier Artopex.

Partenaires manufacturiers de fauteuils québécois du groupe EMBLM :

Rouillard  |  Artopex

Partager